103657246_724309241732700_8364899582109288694_o



La vie est un cycle, elle obéit à un enchaînement d'états qui doivent être vécus pour mettre à jour notre disque dur, nos expériences, faire valser nos peurs.

On se met la pression pour chacun des contrats que l'on doit remplir, contrats signés depuis notre naissance, vivre la vie d'un mâle ou d'une femelle par exemple, ou contrats même pas signés passés avec nous même depuis quelques heures.

La dépression doit être vécue pour nous montrer qu'on est descendu bas, très bas dans nos heures sombres, au pied d'une montagne sauvage et indomptable ou que la route est droite, à l'apparence sage et douce, mais sans fin. Infiniment sans fin.

La dépression suit logiquement la pression. Le coup de pression qu'on nous a mit, le coup de pression que l'on s'est mit nous même croyant que l'on sera incapable de mener à bien cette entreprise.

Incapable, dégonflé, nul, paresseux, sont les mots que l'on se dit, pour un peu plus nous enfoncer dans cet état froid et sans lendemain.

Mais il ne faut en général qu'un coup de pédale, un souffle de vent, qu'un ami nous tienne la selle pour repartir de plus belle et voir le Soleil à nouveau briller, nous réchauffer de ses rayons doux, nous faire frissonner de bonheur !

La dépression laisse toujours la place au bonheur, le bonheur de nous dire que tout ça en fait, n'est qu'un Pas-Sage vers notre plus belle personne.

Savourons chaque jour en nous disant que nous sommes là à vivre ces expériences juste parce que nous en avons besoin.