Allergie pollen-aliment

Vous avez dĂ©jĂ  ressenti des picotements au niveau de la bouche en dĂ©gustant des cerises, un pomme ou une pĂȘche?

Cependant, vous n’avez aucun problùme lorsqu’il s’agit de la compote ou encore d’une tarte aux pommes?

Impression ou réalité?

Le syndrome pollen aliment ou syndrome de l’allergie oral se caractĂ©rise par des rĂ©actions principalement au niveau buccal suite Ă  l’ingestion de fruits et lĂ©gumes. Il s’agit ni plus ni moins d’un dĂ©faut du systĂšme immunitaire.

 

La faute aux protéines

D’abord, il est essentiel de rappeler que lorsqu’il est question d’allergies alimentaires, ce sont les protĂ©ines qui sont mises en cause. Chez une personne aux prises avec le syndrome d’allergie oral, l’organisme est trompĂ© de par la ressemblance de structure entre la molĂ©cule de pollen et la protĂ©ine de l’aliment en cause. Il y a donc rĂ©action allergique, mais les symptĂŽmes se limitent, sauf exception, Ă  des picotements et de l’enflure au niveau buccal.

Bien que d’ordinaire les allergĂšnes rĂ©sistent Ă  la chaleur et qu’il est impossible pour la personne allergique de les consommer peu importe la façon dont ils sont apprĂȘtĂ©s, les aliments cuits sont tolĂ©rĂ©s dans le cadre du syndrome de l’allergie oral. La raison est simple. Puisque la personne n’est pas vĂ©ritablement allergique Ă  l’aliment et qu’il ne s’agit que d’une similitude de la structure Ă  l’état naturel, lorsque la structure protĂ©ique se dĂ©roule (se dĂ©nature) sous l’effet de la chaleur, il n’y a plus de rĂ©action. Ce principe explique aussi que la rĂ©action se limite au niveau buccal. Effectivement, une fois la digestion entamĂ©e de par les diverses enzymes, la structure originale de la protĂ©ine se voit modifiĂ©e de sorte Ă  ne plus engendrer de rĂ©actions. Selon les rĂ©sultats d’une rĂ©cente Ă©tude, la congĂ©lation ne dĂ©truirait pas le potentiel allergĂšne des aliments impliquĂ©s dans le syndrome pollen-aliment.

Il existe deux aliments pour lesquels, mĂȘme s’il s’agit du syndrome pollen aliment, il arrive que les rĂ©actions persistent malgrĂ© un traitement thermique. Il s’agit du cĂ©leri et des noix. Vaut donc mieux ĂȘtre prudents dans de tel cas et en discuter avec votre mĂ©decin.

SymptĂŽmes de l'allergie pollen-aliment

Parmi les symptĂŽmes les plus souvent associĂ©s au syndrome d’allergie oral se retrouvent :
 
  • les dĂ©mangeaisons et brĂ»lures au niveau des lĂšvres, de la bouche et de la gorge,
  • des dĂ©mangeaisons et Ă©coulements au niveau des yeux et du nez,
  • des Ă©ternuements.
 Plus rarement, il est possible de constater de l'urticaire ou de l'enflure au niveau de la bouche et de la trachĂ©e.L’anaphylaxie n’est qu’exceptionnellement associĂ© Ă  cette condition.

Suite Ă  la lecture de ces quelques lignes, vous vous sentez peut-ĂȘtre concernĂ©s par cette problĂ©matique. Sachez que le diagnostic doit ĂȘtre fait par un allergologue, mĂ©decin spĂ©cialiste en allergie et en immunologie. Bien que ce type d’allergie se distingue de sa forme «traditionnelle», sachez que les tests cutanĂ©s «skin prick test» avec les fruits et lĂ©gumes crus peuvent permettre le diagnostic du syndrome pollen-aliment. Cependant, l’histoire de vos rĂ©actions demeure le premier outil pour arriver Ă  de telles conclusions. Il est donc important de prendre en note vos symptĂŽmes avant de vous prĂ©senter dans le bureau du spĂ©cialiste.

Une autre caractĂ©ristique de ce type d’hypersensibilitĂ© alimentaire rĂ©side dans le fait qu’elle ne touche pas majoritairement les enfants. Au contraire, les adultes seraient plus nombreux Ă  dĂ©velopper le syndrome pollen-aliment.

Le tableau qui suit prĂ©sente les aliments susceptibles d’enclencher des rĂ©actions selon le pollen auquel la personne est allergique. Il est Ă  noter qu’une personne allergique au bouleau par exemple, ne rĂ©agira pas automatiquement Ă  ces aliments. Selon la littĂ©rature, ce sont les allergies croisĂ©es avec le bouleau qui semblent ĂȘtre les plus prĂ©dominantes.
Pollen Aliments
Bouleau Fruits : pomme, abricot, cerise, kiwi, nectarine, pĂȘche, poire, prune, prune Ă  pruneau
Légumes : anis, haricot, carvi, carotte, céleri, coriandre, cumin, aneth, fenouil, poivron vert, lentille, persil, panais, arachide, pois, pomme de terre, tomate
Noix et graines : amande, noisette, noix de Grenoble, tournesol
GraminĂ©es Fruits : kiwi, melon, orange, tomate, melon d’eau
Armoise Fruits : pomme, melon, melon d’eau
Légumes : carotte, céleri
Herbe à poux Fruits : banane, cantaloup, melon honeydew, melon d’eau
LĂ©gumes : concombre, courgette

Il est important de spĂ©cifier qu’il est cependant possible de dĂ©velopper une allergie aux fruits de type anaphylactique. Dans un tel cas, cru ou cuit, le fruit doit ĂȘtre Ă©vitĂ© sous toutes ses formes.

Pour une personne qui doit Ă©viter un ou plusieurs des aliments ci-dessus principalement sous sa forme crue, il est conseillĂ© d’écarter tout produit qui en contient sous cette mĂȘme forme. Par exemple, une salade de fruits ou encore certains jus de fruits non pasteurisĂ©s seraient Ă  bannir.
MAIS évidemment, vous me connaissez, et je ne vous laisserais pas partir comme ça sans solution!
Solution Ă  long terme:
- Votre corps dois s'habituer Ă  reconnaitre quand il y a pollen ou fruit. Vous savez maintenant que cette allergie, qui peut ĂȘtre lĂ©gĂšre, n'est pas si grave (avis mĂ©dical indipensable).
- Il est donc trÚs conseiller de manger en conscience ces fruits qui vous déstabilisent, de façon à porter à votre conscience que c'est bien un fruit, que cette protéines n'est pas du pollen, qu'il n'a pas raison de s'inquiéter.
- La dĂ©sensibilisation la plus naturelle est de continuer Ă  en consommer, ne surtout pas se priver de ces si bons apports alimentaire. Et petit Ă  petit, vos cellules assimilerons ces nouvelles informations.